đź“Ś L’hiver dernier, en prĂ©parant mon pĂ©riple, j’ai placĂ© un point sur la carte au niveau de la banlieue est de Paris. Ce repère reprĂ©sentait la maison de l’écologie populaire Verdragon. De fil en aiguille et avec un brin de persĂ©vĂ©rance, je me suis rapprochĂ© de Gabriel, co-fondateur de Verdragon. Il a une vision Ă©clairĂ©e de la situation sociale et politique actuelle avec sa casquette de salariĂ© chez les amis de la Terre et de militant chez Alternatiba.  


Durant cet Ă©change on a parlĂ© d’écologie populaire, un vaste mouvement qui part de constat de dominations et d’inĂ©galitĂ©s environnementales datant de longues dates. L’auteur Malcom  erdinand a notamment documentĂ© ces questions dans son livre « Une Ă©cologie dĂ©coloniale. Penser l'Ă©cologie depuis le monde caribĂ©en ». đź•®  Cet Ă©pisode aborde un sujet assez complexe et la citation du paragraphe suivant illustre bien les Ă©changes qu’on a pu avoir avec Gabriel durant 1 heure dans le parc des Guilands.   


📜 🖊️ Eros Sana et Karima Delli, dans une lettre ouverte à Nicolas Sarkozy (Lettre rédigée en 2010 sur le blog mediapart) écrivaient que « L'écologie populaire part du constat que crise sociale et crise environnementale sont les deux facettes d'une même médaille : étant intimement liées, on ne peut les traiter séparément. Elle opte pour le dépassement du capitalisme par la
reconversion de la production dans un sens non productiviste, par la relocalisation de l'activitĂ©, par la redistribution des richesses et du temps, par la maĂ®trise collective des biens communs et par la transformation des rapports au travail. »